Le Social Marketing

Interview Didier Bonneville

Zerudi au service du blended learning

Blended Learning :
Blended Learning : "l'apprentissage mélangé"
Très à la mode en ce moment, le blended learning a le vent en poupe... et ça n'est pas près de s'arrêter. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas cette expression, elle désigne tout simplement de la formation "mixte" : à la fois sur le terrain et en ligne... et dans le temps.
Je travaille en ce moment sur une série d'offres tests pour différents réseaux auprès desquels j'interviens. La plupart du temps, quand on évoque la formation en ligne, les avis sont partagés : oui, tout le monde s'accorde pour dire que c'est intéressant, utile voire nécessaire et dans l'air du temps. Mais ce qui bloque, c'est un manque de recul sur la performance de ce type d'enseignement. Des garanties sont souvent demandées : une preuve que l'étudiant a suivi le cours, jusqu'où, combien de temps il y a consacré. Est-ce qu'il a fait les exercices demandés. Bref, est-ce qu'il y a eu une réelle action de formation.

Objectif : optimiser la formation

Dans le même temps, les entreprises veulent réduire les coûts : former, oui, mais plus n'importe comment ni à n'importe quel prix. La solution ? Optimiser le présentiel et préparer les apprenants en amont. C'est d'une part le principe de la classe inversée. Mais pas que : une bonne formation doit pouvoir se réactiver de chez soi, à distance. C'est là qu'on parle de formation "mixte" : le temps passé en salle, en présentiel, peut parfois être réduit de plus de 50% : après tout, la théorie peut très bien s'apprendre de chez soi.
Soyons clair : une bonne formation demandera idéalement toujours une rencontre physique. Ne serait-ce que pour guider un ou des ateliers, pour répondre aux questions. En présentiel, l'interactivité est totale et il est souvent plus facile de mobiliser l'attention des uns et des autres. En auto formation, je l'ai déjà abordé à plusieurs reprises ici, vous avez intérêt à :
  • soit proposer des contenus courts avec des objectifs faciles à atteindre
  • soit accompagner un parcours (format long) de rendez-vous en ligne ou, au mieux, en présentiel
E learning 2014
En situation de blended learning, vous mettez l'apprenant au cœur de l'apprentissage. L'idée, c'est d'engager l'étudiant dans un cycle de formation dynamique où il aura des rendez-vous en ligne, en présentiel, mais aussi des comptes à rendre en terme de pratique. Tout ça en s'affranchissant le plus possible de la dimension géographique. L'enjeu est juste énorme et, si vous êtes par ailleurs déjà consultant et formateur, vous comprenez tout de suite l'intérêt d'une application comme Zerudi qui a été pensée en amont pour ce type de situation :
  • un suivi des exercices en ligne pour chaque apprenant 
  • des activités en ligne que vous pouvez rendre obligatoires, enregistrées ou pas
  • une privatisation totale d'un module de formation que vous réserverez à tel ou tel client sans avoir à tout refaire : en quelques clics et secondes, vous créez vos modules sur mesure
  • à terme, d'ici quelques semaines, une interaction directe avec une salle de webconférence totalement intégrée à votre espace.
L'objectif étant d'optimiser la formation à tous les niveaux : le temps, le coût mais aussi et surtout l'impact. En démultipliant les canaux de communication, on privilégie ce que le regretté Alain Lieury appelait l'apprentissage multi épisodique : aborder une information sous différents angles et différents vécus est ce qui fonctionne le mieux.

Une vraie opportunité pour l'expert indépendant

Quand, avec Sylvain, nous avons lancé nos premiers cours en ligne au début des années 2000, nous n'avions pas pensé à tout ça. Tout a vraiment démarré un jour où, de retour d'un séminaire à l'étranger avec un groupe, des demandes avaient été formulées dans ce sens : pouvoir continuer "l'aventure". C'est donc tout naturellement que j'ai proposé de créer un compte pour chacun de mes apprenants afin de leur délivrer la partie web, en vidéo, de tout ce qu'ils avaient pu appréhender durant ce séminaire. A l'époque, j'avais proposé tout ça gracieusement, mais j'aurais tout aussi bien pu négocier une rallonge au budget déjà alloué. J'avais surtout ce sentiment de pouvoir répondre à plus d'attentes et donc de faire une vraie différence dans ce milieu.
En tant qu'expert indépendant, formateur ou juste passionné, vous pouvez désormais maîtriser toute votre activité de A à Z. Historiquement, un spécialiste est un professionnel qui dispense son expertise de différentes façons :
  • consulting
  • enseignement
  • édition par l'intermédiaire d'un éditeur
  • conférence
La plupart du temps, il est amené à intervenir en partenariat avec des organismes qui vendent ses prestations. L'avantage, c'est qu'il n'a pas à faire de démarche commerciale. Le désavantage c'est que si ces organismes se contentent de le positionner dans un catalogue, il reste à la merci de l'efficacité commerciale de ces partenaires.
Si votre objectif est de maîtriser de A à Z votre activité, vous devez donc réfléchir à tous les moyens qui sont à votre disposition pour diffuser votre savoir :
  • Site Web complet pour communiquer et vendre en direct
  • Salle de webinaire pour accompagner votre public
  • Amazon pour éditer vos propres écrits
  • Réseaux (interventions inter entreprises)
  • Entreprises (interventions intra entreprises)
  • Séminaires organisés par vos soins
Autant de moyens donc pour vous permettre d'engager vos apprenants à l'aide de supports variés, différents, et apporter quelque chose de nouveau, une vraie valeur ajoutée.
Si, tout comme moi, vous intervenez également en présentiel, pensez désormais à proposer des packages complets en ligne. A l'issue de formations par exemple, prévoyez un accès pour vos étudiants qui pourront dès lors :
  • revoir les grandes lignes de votre enseignement
  • s'impliquer dans des exercices, des QCM
  • échanger avec vous ou entre eux
Si l'organisme ou l'entreprise pour laquelle vous intervenez ne connaît pas ce type de solution, montrez-lui un exemple. Nous en avons fait l'expérience avec Zerudi en créant pour un client un compte "fictif" sur un cours. Dès réception, il a tout de suite été séduit par la qualité de la présentation, des interactions etc. Donc, même si vous êtes nul en vente, vous n'aurez pas besoin de beaucoup forcer pour imposer de nouveaux formats comprenant une partie présentielle et une autre web.
Si vous avez déjà eu l'occasion d'organiser ce type d'intervention, partagez avec nous votre expérience dans les commentaires ci-dessous :
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Le Social Marketing

Interview Didier Bonneville